Alligator Trio


 

 

    C’est en 1999, peu de temps après avoir rompu les rangs du groupe « Les Barbituriques » que Bob Dilemme et Jacques Bref entreprennent de créer Alligator Trio. Avec quelques compositions de Bob en main, ils réclament l’aide d’Albert Instinct à la batterie, tapocheur du christ autrefois partenaire de Bob dans un obscur groupe de garage. Ayant accouché cosmiquement avec Jacques de « Les Millions de Gnomes à Dos Blancs » et de« The Fried Chicken Cult Orchestra », Rigide Ferraille s’en inspire à ce moment pour peupler de grotesques histoires d’animaux et de loosers de toutes sortes, les riffs du trio. Jacques emboîte le pas vers l’écriture et le groupe se lance dans la réalisation d’un premier opus. Avec son blues de boîte à gants, le disque éponyme se voudra une carte de visite modeste qui reste encore, à ce jour pour le groupe, l’essentiel jet délirant possédant déjà tout le sale caractère déterminant du groupe.

 

    En 2003, le groupe s’adjoint de la violence créatrice du philosophe André Moreau pour introduire leur deuxième album « Les Orignaux Inquiets ». Ce florilège contactotesticulaire permet à A3 de se hisser au sommet de quelques palmarès. Ce qui les ammène à brûler les planches de plusieurs bars et de tavernes du Québec.

 

    Suite au décès inexpliqué de Bob Dilemme, Alligator Trio recrute un idiot appelé Emile Négligent qui manit aisément la basse à cinq cordes. Son jeu devient vite celui d’un bourreau exécutant d’honnêtes plébiens et son arrivée donne un nouveau souffle aux compositions du groupe. Quatre ans plus tard ils accoucheront, dans la douleur rédemptrice, du troisième rejeton : « Les Enfants De L’Amour ». Un disque lourd qui roule et grince sur du metal rouillé, sous lequel se coince le cœur des jeunes filles!